Équivalence et reconnaissance du statut civil des personnes faisant ménage à deux

Palabras clave: unions civiles, partenariats enregistrés, régimes matrimoniaux, droit international privé, reconnaissance, equivalence

Resumen

IL’équivalence de l’institution du mariage, en dépit des différences entre les règlementa­tions nationales, rend très rares les cas de non-reconnaissance du statut de personne mariée. A cette ho­mogénéité s’oppose l’hétérogénéité des partenariats enregistrés. Dans certains pays, leur incompatibilité avec les principes de base de la politique sociale et de la famille peut atteindre voire dépasser le seuil de l’ordre public. Pour éviter une amputation excessive des droits individuels acquis à l’étranger, des solutions de compromis, parfois proches du paradoxe, s’imposent. Cette harmonie partielle est réalisée par la reconnaissance de certains des effets rattachés au statut acquis à l’étranger. Le statut boiteux qui en résulte, loin de générer un “effet de surprise” susceptible de décevoir les expectatives des individus concernés, est devenu un “effet recherché”, dans le but de réaliser une pression croissante sur la poli­tique législative, en vue de réaliser une uniformisation plus ample du droit de la famille de l’époque néolibérale. En attendant l’évolution future, les systèmes de droit international privé nationaux évaluent l’équivalence des institutions étrangères à leurs propres institutions, afin de les faire vivre à l’intérieur de leurs frontières.

Descargas

La descarga de datos todavía no está disponible.
Consultas del resumen: 619
PDF (Français (France)) : 825
Publicado
2019-10-01
Cómo citar
Pretelli, I. (2019). Équivalence et reconnaissance du statut civil des personnes faisant ménage à deux. CUADERNOS DE DERECHO TRANSNACIONAL, 11(2), 8-31. https://doi.org/10.20318/cdt.2019.4947
Sección
Estudios